Galerie photo - Académie de la Martinique

Galerie photo de l'académie de la Martinique


Most viewed - histoire-geographie
IMG_1167.jpg
Bassin de décantation des eaux usées de l'usine sucrière du Galion à la Trinité.354 viewsL'usine extrait l'eau de la canne à sucre pour en garder le saccharose sous sa forme solide. D'où l'importance de ses effluents et sa situation près de la rivière du Galion.
IMG_0983.jpg
Pointe Catherine sur la pointe des Salines. Sainte Anne.351 viewsLe « sable » blanc des Caraïbes, si recherché par le tourisme local, n'est en fait que la calcite érodée provenant des mollusques et des madrépores. Le cordon littoral assis sur des fonds coralliens a isolé des lagunes formant une sorte de côte à lido où les mangroves se développent et où les tannes se forment, sorte de marais en voie d'assèchement. La plage des Salines est un des attraits touristiques majeurs de la Martinique. Protégé, cet espace est menacé par le tourisme de masse.
IMG_1058.jpg
Les éoliennes du Morne Carrière au Vauclin face à l'Atlantique.351 viewsEn 2004, une ferme de 4 éoliennes de 275 KW, est mise en service au Vauclin, sur le Morne Carrière, par la société Aerowatt où l'alizé s'établit à 27km/h de moyenne. Avec une production de 2400 MWh par an, cette ferme peut approvisionner 300 habitants. Petites, ces éoliennes sont escamotables en période cyclonique ; elles sont donc fortement tributaires de la météo. Leur puissance réelle ne représente en effet que 22 % de leur puissance nominale ! C'est là tout le problème de l'énergie « renouvelable »...
IMG_1155.jpg
La mangrove du Galion près de l'usine sucrière et de la presqu'île de la Caravelle.350 viewsProtégée des houles violentes de l'Atlantique et de la côte au vent par la presqu'île ou la barrière corallienne, la mangrove peut se développer par endroit. Les activités industrielles et agricoles conduisent à sa destruction, laissant place à des tannes, des zones marécageuses non submersibles, en voie d'assèchement.
IMG_1029.jpg
La baie du Marin347 viewsPourvue d'une grande baie , station nautique depuis 1998, le Marin peut accueillir près de 750 voiliers. Comme au Vauclin, après un demi siècle de stagnation, la population croît dès le début des années 2000 (20 % en 20 ans) pour atteindre près de 8000 habitants en 2010. Depuis la fermeture de son usine sucrière en 1970, la commune se tourne vers le tourisme : elle accueille ainsi près de 10 000 embarcations de plaisance par an et possède des structures de croisière, maintenance, location, avitaillement et logistique. La baie du Marin est un point stratégique de départ pour les croisières des plaisanciers dans l'Arc Antillais.
IMG_1016.jpg
Le « trou à cyclone » de la Pointe Cayot dans la Baie du Marin.344 viewsLe trou à cyclone est un abri situé sur la côte sous le vent. Ici c'est une petite baie orientée vers le nord, transversalement au vent, protégée par les pointes, pour mouiller les embarcations en cas de cyclone, protégées ainsi par les reliefs de l'intérieur, les hauts fonds et surtout la mangrove.
Derrière la mangrove, des lagunes.
IMG_1153.jpg
La presqu'île de la Caravelle.344 viewsLa presqu'île de la Caravelle est une réserve naturelle nationale de 388ha classée en 1976. Autrefois largement déboisée pour la monoculture de la canne à sucre, cette zone parmi les plus sèches de la Martinique est aujourd'hui protégée. Située non loin d'une faille océanique active, elle constitue un des deux vestiges géologiques d'une petite île volcanique apparue il y a 30 millions d'années. Une végétation xérophile parfaitement adaptée à l'alizé venu de l'Atlantique et aux embruns la colonise (cactus cierge, raisiniers ) tandis qu'au sud, les mangroves prospèrent dans les baies abritées.
IMG_1083.jpg
Petites bananeraies près de la Manzo, au François.343 viewsCes petites exploitations de types familiales se rencontrent davantage vers l'intérieur des terres où le relief est plus difficile et les parcelles plus morcelées. La banane représente 16 000 emplois et près de 30% de la SAU en 2010. Elle s'impose peu après la crise sucrière et jugule l'exode rural des années 1970. Elle ne résout pas le problème de la diversification de l'agriculture trop soumise aux aléas de la mondialisation.
IMG_1063.jpg
Agriculture sous serres au Vauclin341 viewsPépinières, horticulture, élevage porcin, bovins et productions maraîchères (salades, concombres, choux, haricots, tomates...) font partie des stratégies de diversification d'une agriculture qui tente de se sortir de la monoculture bananière dans une région où la maîtrise de l'irrigation est essentielle. Si l'ensoleillement est assuré, ce n'est pas le cas de la régularité des précipitations : la serre a alors plus vocation à servir d'abri.
IMG_0942.jpg
Les mornes de la presqu'île du Sud Ouest près du Diamant.340 viewsIl s'agit d'un véritable parc de volcans plutôt récent (de moins de 10 millions d'années à moins de 500 000 ans) qui ne dépasse pas 400 mètres d'altitude. Le relief difficile conduit les axes de communication à longer le littoral et l'urbanisation ne dépasse pas les littoraux sud et nord de la presqu'île. L'intérieur est vide. Au loin, le morne Larcher, un strato volcan de 480 mètres d'altitude (2 millions d'années).
IMG_0981.jpg
Anse Meunier à Fond Moustique.339 viewsLe cordon littoral isole les lagunes et leur mangroves pouvant les transformer en tannes, des zones de marais asséchés, insubmersibles. Les faibles reliefs de cette presqu'île volcanique ancienne s'expliquent par l'érosion du volcan originel : les tufs volcaniques friables de Fond Moustique s'érodent et forment des anses tandis que les dykes -les filons magmatiques figés- et les coulées d'andésite, sont restés en place formant des pointes, des flèches littorales, des îlets, des reliefs et des mornes comme le Morne des Pétrifications.
IMG_1035.jpg
La ville du Marin et son port de plaisance.337 viewsPourvue d'une baie bien protégée, station nautique depuis 1998, le Marin peut accueillir près de 750 voiliers. Comme au Vauclin, après un demi siècle de stagnation, la population croît dès le début des années 2000 (20 % en 20 ans) pour atteindre près de 8000 habitants en 2010. Depuis la fermeture de son usine sucrière en 1970, la commune se tourne vers le tourisme : elle accueille ainsi près de 10 000 embarcations de plaisance par an et possède des structures de croisière, maintenance, location, avitaillement et logistique.
213 files on 18 page(s) 14